Diagnostic individuel des compétences

Diagnostic individuel des compétences de l’apprenant pour comprendre ses difficultés scolaires

Responsable : Zdenka Gavornikova-Baligand

Descriptif :

La difficulté scolaire et la prise en compte de la diversité des élèves dans l’enseignement et dans l’action éducative constituent l’axe prioritaire de la formation à l’ESPE de Bretagne.

De ce point de vue, la planification méthodique des activités de formation, selon une démarche systématique comprenant une analyse des besoins particuliers des élèves, la détermination des objectifs d’apprentissage, le choix des méthodes d’enseignement et d’évaluation des apprentissages sont au cœur de la formation des enseignants et des futurs enseignants de l’École.

L’évaluation des apprentissages scolaires, dans le premier comme dans le second degré, reste aujourd’hui fortement influencée par un point de vue béhavioriste. De nombreuses recherches réalisées en psychologie cognitive insistent sur le danger qu’il peut y avoir à ne pas prendre en compte les mécanismes d’apprentissage pour aboutir à une évaluation pertinente, afin de dégager ce qui est appris, ce qui ne l’est pas, et ce qui est en train de l’être.

Les membres du présent groupe de recherche ont réalisé des études dans le contexte scolaire pour expliquer des « échecs pour de bonnes raisons » basées sur une cohérence réelle quant à la conceptualisation et la réponse considérée comme « échec » par l’évaluateur (Clément & Gavornikova-Baligand, 2010, Divry, 2013). Ils se sont également penchés sur les problèmes des « fausses réussites », des réponses des élèves qui sont produites à partir des connaissances peu conceptualisées et non transférables (Tregouët, 2015). Plusieurs mémoires de recherche des étudiants M1 MEEF (PE) dans le cadre de la dominante ASH et des étudiants de M2 H2D2S ont été dirigés à l’ESPE de Bretagne depuis trois ans avec l’objectif de les sensibiliser par la recherche à cette problématique.

Le groupe de recherche se propose donc d’interroger la résonance de recherches en psychologie cognitive et en didactique sur le diagnostic des compétences et des connaissances mises en œuvre par l’élève. L’action de recherche va consister à analyser les performances des élèves à l’aide des protocoles individuels où l’enseignant peut analyser le cheminement individuel pour expliquer les performances scolaires. Ainsi, il peut proposer des remédiations pédagogiques ciblées en fonction des besoins particuliers des élèves.

Problématique, hypothèses, démarches :

De quelles connaissances sur l’objet d’apprentissage l’élève dispose-t-il avant qu’on le lui enseigne et avant l’usage qu’il doit faire de cet objet ? En quoi ses connaissances préalables interagissent-elles avec ce qui lui est enseigné ? Comment interpréter la performance et la mettre en lien avec ce qui la sous-tend : nature des connaissances mobilisées et processus cognitifs en jeu (comment l’élève construit sa réponse) ? Comment expliquer le décalage entre les performances et les compétences réelles ? Est-on sûr qu’un élève qui « réussit » un exercice, qui donne la bonne réponse, a pour autant bien conceptualisé la connaissance?

La problématique principale abordée par le groupe est celle du diagnostic individuel des compétences des élèves en difficultés d’apprentissage à travers une évaluation qualitative des leurs connaissances.

L’analyse de protocoles individuels des élèves en mathématiques, en français et en SVT, dans le premier et le second degré va constituer la base méthodologique des recherches.

Dans cette analyse, le groupe se propose d’identifier le cheminement individuel de l’élève pour produire une réponse par l’identification de ses stratégies et celle de ses connaissances mobilisées.

Dans chaque étude, une double analyse va être menée, une mesure quantitative de la performance de l’élève et une analyse qualitative pour expliquer la performance (un score, une note…).

Composition :

 Nom Prénom Statut Résidence administrative
 Boucher  Laurent  Conseiller Pédagogique ASH 35  D.S.D.E.N. d’Ille-et-Vilaine
 Delaye  Olivier  Formateur, PEMF, directeur de l’Ecole primaire Albert de Munn  ESPE de Bretagne, EN
 Denouël  Julie  MCF en Sciences du Langage  Université Paul Valéry, Montpellier 3
 Divry  Joël  Formateur, responsable académique PE, responsable de M1 H2D2S  ESPE de Bretagne
 Gavornikova-Baligand  Zdenka  MCF en Psychologie, responsable M1 H2D2S  ESPE de Bretagne
 Plesse  Fabienne  ESPE de Bretagne, EN
 Renault  Yann  Formateur, RMO M2 MEEF, SVT  ESPE de Bretagne, EN
 Tregouët  Gaël  Enseignant spécialisé, SEGPA  EN

Diffusion et valorisation :

L’ESPE de Bretagne, dans ses orientations prioritaires, vise à développer la diffusion de résultats de la recherche en éducation auprès des professionnels de l’institution scolaire et favoriser le développement professionnel par l’accès à la recherche.

C’est pourquoi le groupe de recherche se donne comme objectif de créer une plateforme numérique, participative, collaborative et ouverte (Denouël, 2014, 2016). Pensée dans une perspective relevant des Humanités Numériques, la plateforme sera nourrie de contenus informationnels divers (ressources théoriques, résultats empiriques, outils d’évaluation d’évaluations disciplinaires en français, mathématiques et SVT) qui seront librement accessibles, de façon à offrir des ressources de formation d’une part et de recherche d’autre part. En effet, elle visera à établir une relation directe entre le groupe de recherche et les formateurs, les professionnels enseignants et étudiants de l’ESPE.

Principales références bibliographiques en lien avec le projet :

Bastien, C & Bastien- Toniazzo, M. (2004). Apprendre à l’école. Paris : Armand Colin.

Clément, E. (2009). La résolution de problème. A la découverte de la flexibilité cognitive. Paris : Armand Colin.

Clément, E., & Gavornikova- Baligand, Z. (2010). Étude des stratégies d’adultes présentant un retard mental dans la résolution de la Twenty Questions Task. Psychologie française, 55, 25-39.

Denouël, J. (2016). Humanités numériques et ingénierie pédagogique : les plateformes de ressources ouvertes au service des enseignants et des futurs enseignants, Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire (en cours de préparation)

Denouël et al. (2014) Médias numériques et participation. Entre engagement citoyen et production de soi, Paris, coll. MediaCritic, Mare&Martin.

Divry, J. (2014). L’analyse de stratégies de résolution du jeu de “Rush Hour” comme outil pertinent pour expliquer les performances d’adolescents présentant des troubles des fonctions cognitives. Mémoire de recherche, M2 H2D2S, ESPE de Bretagne.

Dupuch, L., & Sander, E. (2007). Apport pour les apprentissages de l’explicitation des relations d’inclusion de classes. L’Année Psychologique, 107(4), 565–596.

Dupuch, L., & Sander, E. (2014). Évaluer les connaissances à l’école élémentaire à partir d’un réseau d’inclusion de classes. Psychologie française 60 (2015), 17–34.

Lautrey, J., Rémi-Giraud, S., Sander, E., & Tiberghien, A. Les connaissances naïves. Paris : Armand Colin.

Largy et al. (2004). Comprendre comment l’enfant apprend : une étape vers la compréhension des effets des pratiques pédagogiques, Revue Française de Pédagogie, n° 148, 37-45.

Tregouët, G. (2015). Les élèves de SEGPA comprennent-ils différemment ? Mémoire de recherche, M2 H2D2S, ESPE de Bretagne.

Vivicorsi, B (2013).Pour une approche qualitative de l’évaluation du fonctionnement cognitif, Pratiques psychologiques, 19(1), 15–28.

Les commentaires sont clos.